CONTROVERSE(S)

 La lettre nîmoise du débat citoyen

Actualité

Notre raison d'être

Nos lettres

Nos enquêtes

Nous contacter

Liens utiles

Nos enquêtes

Afin d'enrichir nos approches et refléter la diversité des opinions des citoyens nîmois, notre équipe de rédaction vous proposera régulièrement des enquêtes. Elles prendront la forme de trois questions ouvertes à renseigner dans un questionnaire en ligne.

Tous les participants à nos enquêtes pourront s'ils le souhaitent donner leur mail afin de recevoir la synthèse des contributions reçues.

Merci d'avance pour vos participations à nos réflexions.

 

Trois questions sur les comités de quartier, conseils de quartier et conseils citoyens

 

La ville est-elle faite par et pour les femmes ?

 

Synthèse des enquêtes précédentes

Synthèse de l'enquête "déviation nord"

Cette enquête a suscité de nombreuses réponses à nos questions.

Une majorité des réponses développe des arguments défavorables à ce projet : nécessité de préserver les espaces naturels, de ne pas créer de nouvelles nuisances et pollutions en garrigue, coût très élevé, projet qui favorise la croissance du trafic automobile, un projet qui n'apporte pas de modification notable des conditions de circulation dans le centre et sur le Boulevard Sud. Ce projet apparrait en décalage avec les priorités environnementales d'aujourd'hui.

Certains soulignent toutefois que les principales nuisances touchent des quartiers populaires et que les oppositions de garrigue sont souvent le fait citoyens bobos et privilégiés.

Pour d'autres personnes, ce projet est indispensable pour dégager le trafic de transit, fluidifier le trafic en ville, réduire l'encombrement de la RN 106 et les pollutions engendrées. Certains estiment que la réduction du trafic en ville permettra de donner plus de place aux vélos et aux transports en commun.

Un consensus plus large se dégage pour considérer que la rocade Ouest doit être réalisée en priorité.

A la question de savoir comment dépenser 90 millions d'euros (coût de la déviation nord) pour améliorer la mobilité, nombreuses sont les personnes qui souhaitent investir en priorité sur les transports en communs, parkings relais et voies cyclables. Certains en appellent à un plan de circulation global qui intègre tous les modes de déplacement. La valorisation de pôles intermodaux est également souhaitée pour alléger le trafic poids lourds dans l'agglomération.

__________________________________________

Synthèse de l'enquête "corridas et ferias"

Les opinions sur la place des corridas dans les ferias sont très tranchées. D’un côté, certains estiment que les corridas sont l’essence même, la colonne vertébrale des ferias, même si leur rôle moteur semble un peu s’éroder dans la fréquentation des ferias. De l’autre, d’autres veulent bannir les corridas au non de la lutte contre les maltraitances animales.

Par contre les opinions convergent sur les pistes de nature à redonner un nouveau souffle aux ferias : plus de spectacles accessibles à tous, des penas, des bals populaires, des animations portées par des associations, par les habitants, des manifestations artistiques, des musiques spontanées, moins de beuverie, moins de bodegas VIP.

Pour tous les participants à l’enquête, dans vingt ans, les ferias, si elles existent encore, n’auront plus le même visage. L’existence à cet horizon des corridas parait très incertaine. Le côté bruit et consommation excessive d’alcool semblent devoir laisser sa place à une fête de rue plus artistique et familiale.

_________________________________

Synthèse de l'enquête sur l'urbanisme à Nîmes

Depuis 20 ans l'urbanisme nîmois vous paraît-il répondre aux défis du changement climatique, de la transition énergétique, de l'étalement urbain ?

Les réponses sont nettement négatives, estimant que l'urbanisme nîmois contribue au réchauffement climatique, notamment avec la bétonisation et l’étalement urbain. La transition énergétique n’est pas une priorité de l’aménagement, ni l’écologie dans la production immobilière.

Parmi les insuffisances relevées : des quartiers délaissés voire abandonnés, en particulier les quartiers populaires, mal reliés au centre par les transports en commun, déficitaires en équipements publics (voirie, parcs). Des pistes cyclables en nombre insuffisant.

 

Quelle politique de localisation du logement et des équipements vous semblerait en mesure d'assurer plus de cohésion sociale et un moindre impact sur l'environnement ?

La demande d’espaces verts, de jardins intergénérationnels traduit le besoin d’une végétalisation de la ville et de ses quartiers, qui contribuerait à l’amélioration de la qualité de vie.

De même, la rénovation des rues et des trottoirs rendrait la ville plus sûre et accessible aux séniors, aux enfants, aux personnes à mobilité réduite.

Parmi les suggestions : des pistes cyclables pour un moindre impact environnemental, des parkings sécurisés, la gratuité des transports en commun, l'isolation thermique des logements des quartiers ouest, Valdegour et Pissevin.

À l’absence de mixité sociale des quartiers pourrait répondre une densification mieux répartie notamment dans les quartiers des garrigues ou du centre historique, une désurbanisation des ZUP.

 

Nîmes et les communes membres de Nîmes métropole auraient-elles intérêt à aller vers un Plan Local d'Urbanisme intercommunal (PLUI ) et pourquoi ?

Le PLUI est peu connu.

Les réponses vont cependant en sa faveur :  pour une meilleure politique des transports et pour la cohérence du territoire, l’interconnaissance.

Pour plus de cohésion au sein de l'agglomération, au détriment des conflits ou  "arrangements" entre communes, à condition qu’il soit équitable.